Week-end frustrant à Magny-Cours pour Stéphane Tribaudini

Les week-ends se suivent et malheureusement se ressemblent pour Stéphane Tribaudini en championnat de France FFSA GT. Après un meeting de Spa-Francorchamps désastreux, l’équipage de l’Alpine #111 a rencontré des problèmes à Magny-Cours.

 

Problème d’ABS en essais libres

Dès les essais libres, les problèmes d’ABS récurrents depuis Spa-Francorchamps ont refait leur apparition. Sur le tracé de Magny-Cours qui comporte de grosse zone de freinage, la difficulté de jauger les points de frein, aléatoire à chaque tour, empêche Stéphane de trouver la confiance nécessaire pour afficher le rythme habituel.

De plus, il était impossible de travailler sur les réglages de la voiture tant que les problèmes d’ABS n’étaient pas résolus. C’est donc deux séances d’essais libres perdues, et un flou total quant à l’appréhension des qualifications.

Des qualifications frustrantes

Les qualifications avaient donc lieu le lendemain matin. Les problèmes d’ABS ont été résolus par l’équipe. Ainsi, la performance était de nouveau au rendez-vous. Rudy, le coéquipier de Stéphane qualifie la voiture en troisième position de la séance réservée aux pilotes amateurs en 1’47″138.

Stéphane pousse ensuite dans sa qualification réservée aux pilotes professionnels.

Dans un premier temps il se place en haut de la feuille des temps mais ne pourra améliorer son chrono dans les tours suivants après avoir été gêné… En avance sur son chrono dans les deux premiers secteurs, il doit avorter dans le dernier virage après une manœuvre hasardeuse d’un concurrent… Ensuite les pneus ne délivraient plus l’intégralité de leur performance, et il faudra se contenter d’une lointaine 17ème position sur 43 voitures en 1’46″836.

Des points inscrits malgré tout

Troisième sur la grille de départ de la course 1, Rudy est au volant de l’Alpine. Après un bon départ, il parvient à prendre le meilleur sur le second. Quelques tours plus tard, de nouveaux problèmes de frein ont fait leur apparition. La puissance de freinage était en effet réduite, il fallait anticiper tous les points de frein. Il perd alors des positions.

Stéphane a ensuite pris le volant de la voiture et doit se contenter de ramener l’Alpine sans pouvoir attaquer les voitures devant ni pouvoir vraiment tenir le rythme des leaders. Malgré tout il conclut la course au septième rang, six points inscrits.

En course 2, Stéphane réussit un bon départ et garde sa position face aux BMW et Mercedes, plus rapides en ligne droite. Les problèmes de frein n’étant pas résolus, Stéphane attaque au maximum et porte des attaques sur la Porsche Cayman qui le précédait mais impossible de dépasser en freinant 10 mètres plus tôt que tous les concurrents. La voiture de sécurité fait son entrée en piste pendant 10 minutes et à la relance Stéphane prend l’option de conserver au maximum les pneumatiques pour offrir à Rudy une voiture la plus performante possible.

Rudy prend le relai et dépasse quelques voitures pour revenir à la huitième position. Suite à une pénalité pour la voiture soeur, Stéphane et Rudy terminent 7ème.

Bien qu’ils aient réussi à limiter la casse en inscrivant quelques points, l’équipage glisse d’un rang au championnat et pointe désormais en quatrième position avant la finale au Castellet dans un mois.