Stéphane Tribaudini a vécu l’enfer à Spa-Francorchamps

Troisième du championnat de France FFSA GT après trois manches, et dans la course finale vers le titre, Stéphane Tribaudini se présentait à Spa-Francorchamps plein d’espoir. La quatrième manche se disputait d’ailleurs dans le cadre d’un événement mythique : les 24 heures de Spa.

Problème dès les essais

Sur la dynamique de Lédenon, briller à Spa était une option envisageable. Avant cela, il fallait adapter les réglages de l’Alpine A110 GT4 au tracé belge. Pour se faire, les pilotes disposaient de deux séances d’essais privés en plus des essais libres habituels.

Dès la première séance de mardi, un gros problème d’ABS est apparu. Sur les GT4, l’ABS évitent aux pilotes de bloquer les roues, leur permettant ainsi de freiner fort sans dégrader les pneumatiques. L’ABS se déclenchait ainsi trop tôt ou trop tard sur l’Alpine. Ainsi, malgré tous les efforts pour se mettre dans le rythme, ils concluent les deux premières séances en 17ème et 11ème position.

Personne ne prenait la piste mercredi, les mécaniciens de l’équipe CMR ont donc pu se pencher sur le problème et changer différentes pièces du système de freinage et électrique. En piste jeudi, le problème était toujours présent, et la première séance se terminait sans le moindre tour chrono… Une neuvième position en séance 2 ne permettait à Stéphane de vraiment avoir confiance en l’auto…

Des qualifications pas si mauvaises…

N’ayant pu prendre de repère sur la piste, dans un flou total quant au comportement de l’auto, difficile pour les deux pilotes de l’Alpine #111 d’aborder sereinement les qualifications. Pour rappel, la qualification est divisée en deux sessions. La première voit en piste les pilotes AM pour définir la grille de départ de la course 1. La seconde met donc en action les pilotes PRO pour la grille de la course 2.

Rudy Servol (coéquipier de Stéphane) s’élance donc pour sa qualif. Toujours victime des problèmes d’ABS, il parvient tout de même à intervalles la voiture au cinquième rang, une position inespérée…

Stéphane Tribaudini prend ensuite le volant de l’Alpine pour la qualif 2. Face aux pilotes professionnels, il savait que ça serait difficile de jouer devant avec une auto capricieuse. Malgré tout, il enchaîne les bons secteurs pour signer le septième temps. Beaucoup de regret aussi, car sur un autre tour, il était en avance sur les premiers secteurs avant de se voir percuter dans les derniers virages…

Deux abandons, deux sorties de piste…

Limiter la casse pour mieux rebondir en fin de saison… Les objectifs étaient bien revus à la baisse après les déboires du début de week-end… Et pourtant, ça aurait pu être pas si catastrophique…

Rudy prenait donc le départ de la course 1. Après un bon départ et en essayant de gérer au mieux la dégradation des pneus plus important liés aux problème d’ABS, il revient au quatrième rang.

Devant lui, une des voitures ne marquait d’ailleurs pas de point (invité), ce qui plaçait l’équipage en troisième position virtuelle. Mais alors que la fenêtre d’arrêt aux stands aller s’ouvrir, Rudy est victime de la casse de la rotule de suspension avant gauche, l’empêchant de tourner dans le Raidillon, le virage le plus rapide du circuit… Résultat il ne peut éviter la collision violente avec les pneus (160 km/h soit environ 16G de décélération…).

Alors que tout le monde pensait la voiture irréparable, les mécaniciens du team CMR ont travaillé la nuit entière pour remonter la voiture afin qu’elle puisse prendre part à la course 2.

Un véritable exploit que de voir cette Alpine sur la grille de départ de la course 2. Stéphane Tribaudini prenait cette fois-ci le volant de l’auto. Après un bon départ, Stéphane a su se montrer très rapide avant de subir les problèmes d’ABS. Evitant de justesse l’accrochage avec une autre voiture, Stéphane a été obligé d’anticiper les freinages et a donc logiquement perdu quelques positions.

Au moment des arrêts, Rudy a pris le volant de la voiture en onzième position. Alors que les points semblaient accessibles, Rudy est de nouveau victime de la casse de la rotule de suspension, cette fois ci à l’arrière droit… La roue s’est alors niché sous la voiture l’envoyant en toupie… Nouvelle abandon…

Le week-end aura donc été catastrophique pour l’équipage qui reste malgré tout troisième du championnat à 41 unités des leaders et qui veut rebondir dès la prochaine manche qui aura lieu à Magny-Cours les 13, 14 et 15 septembre.